« L’engagement des jeunes aujourd’hui doit commencer au niveau local, dans leur communauté ».

La 21è Journée internationale de la jeunesse #JIJ20, célébrée le 12 août 2020 en pleine pandémie de #covid19 est l’occasion de reconnaître et de promouvoir les jeunes en tant qu’acteurs positifs du changement et partenaires clés à la réalisation d’une paix et d’un développement durables, conformément aux Objectifs des Nations Unies pour le Développement Durable (ODD). Le thème de la Journée Internationale de la Jeunesse 2020, « Engagement des Jeunes pour une Action Mondiale », vise à ‘’mettre en évidence la manière dont l’engagement des jeunes aux niveaux local, national et mondial, enrichit les institutions et les processus nationaux et multilatéraux. Pour marquer cette célébration au Togo, WANEP-Togo associe les jeunes à ses activités (des émissions radio, une campagne digitale, des webinars, une académie…) afin de promouvoir la jeunesse dans le contexte du covid19.

Entretien avec Seyram ADIAKPO, Chef Projet OCB de WANEP-Togo.

Cellule Communication : Parler nous brièvement de WANEP-Togo!

Seyram ADIAKPO : Merci pour l’opportunité que vous nous accorder en ce jour pour nous prononcer sur la Journée internationale de la jeunesse. WANEP-Togo, est un réseau thématique installé dans les 15 pays de la CEDEAO et présent au Togo depuis 18 ans en tant qu’organisation de la société civile. Il intervient dans les domaines de prévention, de gestion, de résolution, et de transformation des conflits à travers ses Programmes Alerte Précoce et Prévention des Conflits ; Jeunesse et Education à la Paix ; Femmes, Paix et Sécurité ; Recherches et plaidoyers puis Interventions spéciales.

Cellule Communication : Nous avons célébré le 12 Août, la journée internationale de la jeunesse. Dites-nous, pourquoi une Journée Internationale de la jeunesse ?

Seyram ADIAKPO : Effectivement, le 12 Août a été adoptée comme Journée internationale de la jeunesse par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1999. Quand nous parlons de jeunesse, entendez jeunesse dans sa globalité, dans sa diversité. Il s’agit donc d’une célébration du rôle important des jeunes comme partenaires essentiels dans la promotion des droits de l’homme et du développement. Si nous prenons notre pays le Togo, selon les perspectives démographiques 2011-2031, 60% de la population a moins de 25 ans et les jeunes de 15 à 35 ans représentent 33% de la population totale, ce qui constitue à la fois un atout et un défi. Atout dans le sens où les jeunes peuvent mettre à contribution non seulement leur énergie mais aussi leur savoir-faire afin de contribuer efficacement au développement du pays. Nous mettons un accent particulier sur l’implication des jeunes dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 au Togo à travers le Plan National de Développement #PND qui constitue aujourd’hui le cadre de référence en termes de développement du Togo. En terme de défis, c’est tout ce qui a lien avec les 15 domaines prioritaires du plan d’action mondiale pour la jeunesse, notamment les question de formation et d’éducation, d’accès à l’eau et à l’énergie, les difficultés d’accès à l’emploi, les question de santé, la délinquance juvénile… La journée du 12 Août offre donc l’occasion d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les problématiques liées à la jeunesse ainsi que de mettre en avant le potentiel des jeunes en tant que partenaires de la société d’aujourd’hui.

Cellule Communication : Quelle est la particularité de cette édition 2020 de la JIJ ?

Seyram ADIAKPO : L’édition 2020 se déroule dans un contexte particulier, celui de la Covid-19. En effet nous sommes affectés depuis un moment par cette pandémie qui touche particulièrement les jeunes. Selon l’Organisation Internationale du Travail #OIT, « plus d’un jeune sur six a cessé de travailler depuis le début de la pandémie de COVID-19« , et ceux qui ont conservé leur emploi ont vu leur temps de travail diminuer de 23 %. Dans notre pays, le secteur de l’entrepreneuriat qui regorge beaucoup de jeunes a fortement été touché, l’année scolaire a été bouleversé, des jeunes ont perdu leur emploi… et nous avons également assisté dernièrement à une série de dépravation des mœurs qui sont liées d’une manière ou d’une autre. C’est l’occasion aussi d’appeler la jeunesse à plus de responsabilité car notre génération regorge de beaucoup de potentialité et ne devrait donc pas se livrer à des bassesses qui ne nous honorent pas.

Cellule Communication : Quel est le sens du thème de cette édition 2020?

Seyram ADIAKPO : L’édition 2020 a pour thème, « engagement des jeunes pour une action mondiale ». L’engagement des jeunes aujourd’hui doit commencer au niveau local, dans leur communauté. Les jeunes doivent prendre des initiatives pour le développement de leur communauté. Ils doivent s’impliquer davantage dans la définition de l’architecture de leur communauté. L’engagement se situe aussi au niveau national et au niveau mondial. Les jeunes doivent arriver à travers leurs actions à se positionner afin de mettre en valeur leur potentialité et leur savoir-faire pour contribuer effectivement au changement de leur pays, de l’Afrique et du monde entier.

Cellule Communication : Quelle est la place de la jeunesse dans les programmes et actions de WANEP-TOGO ?

Seyram ADIAKPO : WANEP-Togo intervient sur la thématique de la paix et nos actions auprès des jeunes visent leur implication dans le maintien de la paix conformément à la résolution 2250 du Conseil de Sécurité des Nations. Notre intervention se situe également dans un sens de lutte pour l’implication des jeunes hommes et femmes dans les instances de prise de décision conformément à la résolution 2535 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Sur cet aspect, nous travaillons actuellement avec d’autres organisations de la société civile pour une meilleure représentativité des jeunes et des femmes dans le prochain gouvernement.

Il faut aussi préciser que le personnel de WANEP-Togo même est à 72% de jeunes soit 16 jeunes sur 22 personnes permanentes. Par ailleurs, nous avons un programme spécifiquement dédié à la jeunesse qui est le programme Jeunesse et Education à la Paix, un programme sur lequel nous avons une plateforme dénommée YOUTH FOR PEACE composé d’un réseau de 100 jeunes venant de différents secteurs (OSC, artiste, religieux, parti politique et privés). Avec la situation sanitaire, ces jeunes se sont mobilisés pour faire des sensibilisations et distribuer 2900 bavettes à la population dans les quartiers d’Agbalépedo, Zanguéra, Kélégougan, Agoe echangeur.

Nous avons aussi un projet dénommé Plateforme de Dialogue Communautaire et de Cohésion Sociale avec l’appui financier du PNUD qui a permis à WANEP-Togo de former des Club de Paix dans les villes de Kpalimé, Sokodé et Mango ciblés par le projet. Ces clubs sont composés de 20 jeunes dont 10 filles, 10 garçons issues de 29 établissements – collèges et lycées et depuis octobre 2019 ont fait des sensibilisations sur les lieux publics, les écoles. Ils ont également mené des plaidoyers auprès des autorités locales sur les défis de l’heure comme les grossesses précoces à Mango.

Cellule Communication : Quelles sont les actions qui sont prévues pour cette célébration ?

Seyram ADIAKPO : Nous avons entamé un projet de cartographie des organisations de jeunes pour renforcer la plateforme de jeunes YOUTH FOR PEACE et il faut dire qu’à ce jour nous avons déjà 120 organisations de jeunes cartographiées sur toute l’étendue du Territoire. Une académie sera organisée à l’endroit des jeunes à l’issue de cette cartographie et permettra à la fin d’établir un plan d’action de la plateforme. Une campagne digitale est aussi en cours pour permettre aux jeunes de se prononcer sur la journée en fonction de leur secteur d’activité en lien avec le développement et la paix. Par ailleurs, des émissions radio sont également prévus pour sensibiliser sur la Covid19. Toutes ces activités sont inclues dans un projet que nous avons dénommé 14 jours d’activisme des jeunes pour la #Paix.

Cellule Communication : M. ADIAKPO Seyram, nous vous remercions pour votre disponibilité et rappelons que vous êtes Chef Projet OCB de WANEP-Togo. Votre message de fin.

Seyram ADIAKPO : J’invite les jeunes à réellement s’engager dans leurs communautés, à prendre des initiatives dans le cadre du développement, à se former pour véritablement répondre en termes de performance. L’avenir de notre nation est dans nos mains. Aussi, voudrais-je inviter la population à participer activement à notre campagne digitale en faisant large diffusion des publications de notre page facebook dont le lien https://www.facebook.com/WANEPTg/ et sur twitter sur https://twitter.com/WanepTogo avec l’utilisation des hashtags : IYD20 #youth4peacewestafrica #changethenarrative. Ensemble, nous pouvons changer le Narratif et le Statu Quo!

« WANEP-Togo, tisser des relations pour la paix. »

Propos recueillis par Edem TOGBE, Chargé de Communication et des Relations Extérieures de WANEP-Togo.

« L’engagement des jeunes aujourd’hui doit commencer au niveau local, dans leur communauté ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On Youtube